passa porta seminar 2018 : le lecteur

Du lundi 19 au jeudi 22 mars, Passa Porta a organisé la troisième édition de son Passa Porta Seminar. À cette occasion, quatre auteurs – deux Belges et deux écrivains internationaux – étaient conviés à Bruxelles. Ils ont fait connaissance, ils ont discuté durant quatre jours, et enfin, ont partagé les fruits de leurs débats lors d’une soirée ouverte au public.

Ce séminaire porte sur « Le lecteur », un thème qui occupera plus que jamais une place centrale dans notre programmation jusqu’au Passa Porta Festival 2019. Qu’est-ce que les auteurs lisent ? Les auteurs ont-ils un « lecteur idéal », et comment se l’imaginent-ils ? Quelle importance accordent-ils à leur relation avec un lecteur, et à qui s’adressent leurs livres ? 

Les quatre auteurs que nous avons accueillis cette année sont In Koli Jean Bofane, Florence Noiville, Christophe Van Gerrewey, Kees ‘t Hart. En amont du séminaire, chacun a écrit un essai qui a servi de point de départ aux discussions. Celles-ci étaient modérées par Matthijs de Ridder et résumées dans un compte-rendu par Jack McMartin.

LES ESSAIS

LE REPORTAGE

  • Jack Mc Martin, Writers on readers. Compte-rendu des discussions entre les auteurs à Passa Porta (en anglais)

LA SOIREE

  • Cliquez ici pour regarder l'enregistrement de la soirée de clôture du 22 mars.

 

LES AUTEURS

In Koli Jean Bofane (1954), né au Congo, vit en Belgique depuis 1993. Il est l'auteur de Pourquoi le lion n'est plus le roi des animaux, (Gallimard Jeunesse, 1996) et de Mathématiques congolaises (Actes Sud, 2008), prix Jean-Muno (2008) et le grand prix littéraire de l’Afrique noire (2009). En 2015, il  a été le lauréat du Prix des Cinq Continents de la Francophonie pour son roman Congo Inc. Le testament de Bismarck (Actes Sud, 2014). A l’occasion du Prix des Cinq Continents, Passa Porta a organisé une soirée autour de son œuvre et en particulier Congo Inc. En plus, il a entre autres assisté à Passa Porta à un débat sur la perception de la littérature belge francophone à l’étranger.

Dans ses livres, la journaliste et auteure française Florence Noiville (1961) essaie de croiser les neurosciences et la littérature. Après avoir commencé sa carrière dans la finance, elle décide en 1994 de tout abandonner pour la littérature. Elle est aujourd’hui journaliste et critique littéraire pour Le Monde. La donation, son premier roman, est paru aux éditions Stock (2007). Plusieurs portraits personnels parus dans Le Monde sont rassemblés dans So British ! 23 visages d’écrivains d’Outre-Manche chez Gallimard (2013), puis dans Écrire c’est comme l’amour (Autrement, 2016).  En 2013, elle était en résidence à Passa Porta et, deux ans plus tard, elle a publié le roman L’illusion délirante d’être aimé (Stock).

Le romancier, poète et critique littéraire Kees ’t Hart (1944) avoue qu’il est fortement « dépendant à la lecture ». Il a débuté avec Vitrines (Querido, 1988), un recueil de poèmes, suivi d’un bon nombre de romans, d’essais et de poèmes, notamment De Revue (1999, Multatuliprijs et nommé pour le Libris Literatuurprijs), Kinderen die leren lezen (poèmes, 1998), Teatro Olimpico (2014), De ziekte van de bewondering (2002), De kunst van het schrijven (2007), Het gelukkige schrijven (2015). Wederzijds est son dernier roman. Voir aussi www.keesthart.com

Christophe Van Gerrewey (1982) a remporté le Debuutprijs en 2013 avec le roman Op de hoogte (De Bezige Bij Antwerpen, 2012). Cette même année, son deuxième roman, Trein met vertraging, est paru aux éditions De Bezige Bij Antwerpen. Il aborde de nombreux thèmes dans ses essais et romans. La vie et le travail quotidiens forment le fil rouge de Werk, werk, werk (Polis, 2017), roman dans lequel il fait un clin d’œil à son poste de professeur de théorie de l’architecture. Over alles en voor iedereen. 50 essays (De Bezige Bij Antwerpen, 2015) regroupe 50 essais sur la littérature, l’art et la culture au sens large.

A PROPOS DU MODERATEUR

Matthijs de Ridder (1979) est écrivain, critique et maître de conférence de littérature néerlandaise et flamande. Dans ses livres, il s’intéresse au contact entre l’art et l’histoire. Rebelse ritmes (De Bezige Bij, 2012) est une histoire de la littérature du XXe siècle qui prend le jazz comme fil rouge. Dans De eeuw van Charlie Chaplin (De Bezige Bij, 2017), De Ridder croise la carrière de la star du cinéma Charlot et l’histoire du XXe siècle. Voir aussi www.matthijsderidder.org

LIRE DAVANTAGE SUR LE LECTEUR

  • Voici un choix d'ouvrages intéressants à propos du lecteur, en anglais, français et néerlandais.
     

FUREDI @ Passa Porta Festival 2017

Matthijs de Ridder en conversation avec le sociologue anglais Frank Furedi, à propos de son essai The Power of Reading (Bruxelles, Hôtel Le Plaza, mars 2017)

 

LE QUESTIONNAIRE DES ECRIVAINS

Dans le sillage du séminaire, et ce jusqu'au Passa Porta Festival 2019, nous interrogerons encore plus d'écrivains sur leur rapport avec le lecteur. 


ORG.: Passa Porta