1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 

agenda

festival passa porta jour 3

ven. 22.03.2013 | 20:30
€ 10 / 7
Les Halles de Schaerbeek
Khaled Khalifa
Khaled Al Khamissi
Boualem Sansal
Raja Ben Slama
Ibrahim Al-Koni
AR / FR / NL

arab spring: writers in revolution

Printemps arabe, Réveil arabe, Révolution arabe, des mouvements contestataires spontanés ont entraîné la chute de dictatures en Tunisie, Égypte et Libye au nom de la dignité humaine et de la liberté. Ces pays  expérimentent encore la démocratie ; un régime politique si précieux que beaucoup de peuples arabes sont prêts à y sacrifier leur vie. En 2013, le « Dégage ! » résonne à Tunis, hommes et femmes sont debout en Égypte et Syrie. Ils refusent de faire de leurs révoltes déjà un tombeau ! Khaled Khalifa, Khaled Al Khamissi, Raja Ben Slama, Ibrahim Al-Koni et Boualem Sansal affirment leurs convictions. Une conversation polyphonique où les voix de résistance des poètes se mêlent à celles de l’éditorialiste Béatrice Delvaux et de l’écrivain marocain Mohamed Berrada. Pour un avenir meilleur à la hauteur des rêves qui explosent encore en rafales.

Soirée avec débat et lectures. Traduction simultanée.

« Je sais que l’écriture est impuissante et nue devant les canons », écrit l’écrivain syrien Khaled Khalifa.
« Une Égypte plus humaine, plus juste et pourquoi pas gouvernée par une femme (…) », propose l’écrivain égyptien Khaled Al Khamissi.
« Le droit de blasphémer ou de ne pas croire est sans cesse bafoué et menacé », rappelle la psychanalyste tunisienne Raja Ben Slama.
« Dans l’ombre de la tyrannie tout est voué à l’exil », explique l’écrivain libyen Ibrahim Al-Koni.
« Tant que je serai sous les feux de la rampe, je serai épargné », conclut le romancier algérien Boualem Sansal.


Voir programme Littératures arabes à Bozar dimanche 24 mars pour les rencontres individuelles avec les écrivains arabes.

RES. 02 218 21 07 halles.be

ORG. Passa Porta, Les Halles de Schaerbeek, Literature across Frontiers



A propos des auteurs



Boualem Sansal

Boualem Sansal (1949), grand écrivain maghrébin, est un homme engagé qui, par son courage et son enthousiasme a contribué au rayonnement de la langue française dans le monde. Ingénieur et économiste de formation, il a fait sa carrière dans l'enseignement et dans l'administration de son pays. Il réside toujours en Algérie, mais ses essais et romans (publiés chez Gallimard) y sont interdits par le régime en place. Ses titres les plus connus se caractérisent par une volonté de battre en brèche des tabous : Le village de l'Allemand ou le journal des frères Schiller et Rue Darwin. En 2011, il reçoit à Francfort le prestigieux prix de la Paix des Libraires allemands. L’année d’après, sa présence au salon littéraire international de Jérusalem lui vaut une levée de boucliers dans le monde arabe. Boualem Sansal est Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres.

Khaled Khalifa

Khaled Khalifa est né en 1964 à Alep, la métropole syrienne ravagé par les combats. Après des études à la Faculté́ de droit, il s’est consacré à l’écriture. Scénariste réputé́ de plusieurs films et séries télévisées, fondateur d’une revue culturelle, Aleph, il a publié jusqu’à présent trois romans qui l’ont placé parmi les écrivains syriens les plus reconnus. Son roman Madîh al-karâhiya (Eloge de la haine), sur le conflit entre les Frères musulmans et le parti Baas, a été nominé en 2008 pour le Prix international du roman arabe, mais est interdit dans son propre pays. En mars 2013, il est écrivain en résidence chez Passa Porta.

Khaled Al Khamissi

Le Cairote Khaled Al Khamissi (1962) est producteur, réalisateur et journaliste. Diplômé en sciences politiques à l’université du Caire et en relations internationales à l’université de Paris-Sorbonne, il est l’auteur du Taxi (Actes Sud, 2009), devenu rapidement un best-seller et aussitôt traduit en plusieurs langues européennes. Il est connu pour ses descriptions truculentes de la vie quotidienne dans la capitale égyptienne et son usage de la langue parlée. Voir www.khaledalkhamissi.com 

Ibrahim Al Koni

Né en 1948 en Lybie dans une tribu touareg, Ibrahim Al-Koni quitte son pays natal pour entreprendre des études de lettres en USSR et de journalisme à Varsovie. C’est à la fin des années 80 qu’il fait connaître au monde son œuvre, saluée à travers tout le monde arabe — au moins dans les cercles éclairés — comme l’une des révélations majeures de cette fin de siècle. Il a remporté de nombreux prix littéraires aussi bien en France que dans le monde arabe. Juan Goytisolo a écrit de lui dans Le Nouvel Observateur : « Retenez bien le nom d’Ibrahim Al-Koni. [Il] réunit les dons d’un grand artiste et ceux d’un profond connaisseur des différentes traditions littéraires arabes. Il est temps que le public européen le connaisse et lise ses œuvres. » Le public francophone l’a découvert grâce au récit épique et tragique Poussière d'or (Gallimard, 1998), qui se déroule dans le désert de son enfance.

Raja Ben Slama

Universitaire et psychanalyste tunisienne, Raja Ben Slama est rédactrice en chef de la revue en ligne Alawan et membre fondateur du Manifeste des Libertés et de l’Association tunisienne pour la défense de la laïcité. En français, elle publie Les Mots du monde : Masculin –féminin, Pour un dialogue entre les cultures, (collectif, La Découverte, 2004). Psychanalyste, universitaire, agrégée d'arabe. Elle est chercheuse enseignante spécialiste de la littérature, la civilisation et la langue arabes à l'université de Tunis.

Mohamed Berrada

Bruxellois d’adoption, Mohamed Berrada est né à Rabat en 1938. Romancier, nouvelliste, critique littéraire, traducteur (de Barthes et Le Clézio, notamment), il a été, de 1976 à 1983, président de l'Union des écrivains marocains. Il est considéré comme le chef de file du roman moderne marocain, pour ses expérimentations stylistiques et narratives, son recours aux dialectes et aux jeux de mots.

Bookmark and Share